vendredi 18 mars 2011

"Mémoires d'un quartier- Adrien" Tome 5 de Louise Tremblay d'Essiambre


Editions : Guy St-Jean, 2009
317 pages

Pourquoi avoir lu ce livre?
Je poursuis ma lecture de cette histoire familiale. Nous voici rendu au tome 5 (il m'en reste 2 à lire... le 8ème tome est prévu pour ce printemps et le tome 9 est prévu pour cet été.... ensuite, je ne sais pas trop quand cette saga va se terminer ... espérons juste que je ne me lasse pas avant)

Si tu as raté les premiers épisodes, c'est ici : premier, deuxième, troisième et quatrième tome.

Pour ceux qui, contrairement à moi, aiment lire les quatrièmes de couverture :

Adrien va enfin connaître les joies de la paternité.  Sa femme Maureen en est à son cinquième mois de grossesse et cette fois, tout semble aller pour le mieux.  Pourtant, une ombre viendra assombrir la naissance de l'enfant tant attendu...
Ne pouvant faire face à la déception de la famille Prescott, Adrien quitte le Texas avec le nouveau-né pour débuter une nouvelle vie.  Il ira se réfugier dans sa famille, à Montréal.  Évangéline et Bernardette attendent avec joie et impatience cette petite Michelle, dont elles ne connaissent que le nom.  Autour d'elles gravitent Francine, alourdie par ses problèmes de coeur, Alicia et son amitié grandissante pour Laura, Charlotte et son mari, Cécile la docteur et son frère Gérard...  Sans oublier Antoine qui n'arrive pas à faire taire son passé et tente désespérément de devenir un homme.  Mais ce n'est pas chose facile, surtout que son jeune frère Charles est dans la classe de monsieur Romain...
Comment réagiront-ils tous à la venue chez eux de l'enfant ?
Finalement, c'est toute une famille qui continue de vivre et fait du mieux qu'elle peut dans ce Québec troublé et effervescent des années 1960.


Ce que j'en ai pensé:
J'avais peur, encore une fois, de ne pas aimer car si j'aime bien Adrien, je trouvais bizarre que l'action se passe en partie au Texas où il vit. Et puis, les pages ont tourné, tourné, tourné et je n'ai pas vu le temps passer. J'ai aimé l'alternance des passages au Texas et ceux à Montréal. J'ai aimé comment Louise Tremblay d'Essiambre "switchait" d'un personnage à un autre. Ça a bien maintenu mon intérêt. J'ai été surprise de voir la place que prenait Francine dans ce tome mais je savais que ça allait arriver : le tome 6 ne s'appelle t-il pas "Francine"?
J'ai aimé Adrien plus qu'avant. Il est venu me chercher avec son caractère doux mais déterminé. J'ai aimé son amour pour sa fille, Michelle. J'ai aimé le combat qu'il a commencé pour elle et qu'il va probablement continuer inlassablement. J'ai aimé retrouver sa complicité avec Bernadette que j'apprécie de plus en plus.
On voit Antoine grandit et on voit qu'il va devoir apprendre à contrôler ses émotions. J'aime toujours sa relation privilégiée avec sa grand-mère qui n'est plus du tout l’irascible bonne femme du premier tome (enfin ... il lui reste quelques relents quand même, sinon c'est pas drôle).

Verdict :
Une lecture légère mais qui me plait de retrouver (en laissant passer quelques lectures entre 2 tomes, ceci dit)
Ce n'est pas de la grande littérature mais il me fait tout le temps plaisir de lire ce genre de littérature avec l'accent, l'histoire et les modes de vis à la québécoise.

Note : 8/10

Aucun commentaire:

Publier un commentaire