dimanche 16 décembre 2012

"Il est plus facile pour une chameau..." de Valérie Bruni Tedeschi




2003,
110 minutes
Réalisation : Valérie Bruni Tedeschi


Pourquoi avoir vu ce film ?
Encore une pioche à la bibliothèque... J'ai été attirée par le titre intrigant.

(Je pigeais régulièrement à la bibliothèque pour me relaxer avant la venue de Bébé 2 ou pour m'occuper pendant les tâches ingrates que sont le repassage, le pliage de vêtements, le rangement,  ... et surtout avant de ne plus avoir le temps de regarder la télé :) )

(à l'heure où tu me lis, bébé doit être déjà avec nous... Ce billet a été programmé avec presque 3 semaines d'avance)

Synopsis :
Federica est si riche que ce privilège l'empêche de faire sa vie d'adulte, d'assumer son quotidien : les attentes de son fiancé qui voudrait fonder une famille, le retour inattendu d'un ancien amant, les conflits avec une famille déconnectée de la réalité et déstabilisée par la mort annoncée du père. Accablée par un héritage prochain, par ces rapports emmêlés avec son entourage et par le poids d'une culpabilité lancinante, Federica cherche le réconfort dans l'imaginaire...

Ce que j'en ai pensé :
Quel film particulier. J'aime sans aimer. 
J'aime parce que les acteurs sont très bons, parce que l'imagination débordante et onirique de la protagoniste m'a plu, parce que c'est bilingue français/italien, parce que ça parle d'immigration, d'intégration, parce que ça parle des enlèvements d'enfant de riches en Italie dans les années 70 (comme filmé et raconté aussi dans ce magnifique film et livre "Je n'ai pas peur"), parce qu'il y a une bonne ambiance du Paris qui me plait.
Mais je n'ai pas aimé car j'ai, une nouvelle fois, l'impression d'être passée à côté. En fait, c'est la fin qui m'a déstabilisée. Quand le film s'est arrêté, je me suis dit dit : "Ok, bon c'est quoi la finalité? pourquoi ça s'arrête là comme ça maintenant ?" (ce qui, tu pourras le constater est quand même un bon point car je voulais que cela continue pour qu'on m'explique comment tout allait se finir et que je n'étais même pas ennuyée après 1h50 de film).

L'origine du titre vient d'un passage de la Bible : « il est plus facile pour un chameau de passer par le chas d'une aiguille que pour un riche d'entrer au royaume des cieux ». Car l'héroïne est riche. Son mal être vient de là. Cela peut paraître fatigant de voir une riche se plaindre du fait qu'elle soit riche mais cela ne m'a pas dérangé. Comme quoi l'argent ne fait le bonheur :)

On suit une jeune femme du milieu de la trentaine qui un peu/beaucoup perdue. Elle ne sent pas bien, donc, parce qu'elle est riche, elle ne se sent pas bien en couple, elle se sent attirée par son ex-amant, elle a une relation bizarre avec sa soeur et sa famille en générale, elle est la chouchoute de son père mais ça rend inconfortable. Bref. cette femme a plein de problèmes. Elle est touchante et même si elle peut nous agacer car elle est bourrée de fric, on a envie de la consoler et de lui dire que la vie est belle.
Ses liens familiaux, son histoire, son passé, son présent s'entremêlent sans que cela soit laborieux. On a le droit aussi à quelques scènes bien déjantées mais qui m'ont fait sourire.

Ce n'est qu'après coup que je me suis mise à me "documenter" sur le film pour me rendre compte que c'est un récit semi-autobiographique de Valéria Bruni Tedeschi. Donc, dans ce film, il y a de fortes inspirations de sa vie, sa famille (sa soeur Carla Bruni, appelée Bianca dans le film, de son frère, sa mère (qui joue son propre rôle dans le film), de son père), de sons arrivée en France, de son enfance en Italie, de sa fortune, etc.
Il est très difficile de connaître la part des choses inventées et celles de choses réelles. On se demande, par exemple, si cette Bianca, torturée parce que son père ne l'aime pas autant qu'il aime sa grande soeur est vraiment le sentiment qui a poursuivi Carla pendant une bonne partie de sa vie ou si le trait est très exagéré. On se demande aussi s'il est vrai que tous ces gens n'ont jamais vraiment travaillé depuis que le père est devenu milliardaire. On se demande aussi si les aventures sentimentales de la protagoniste, , correspondent un peu, beaucoup, a ceux de Valéria Bruni Tedeschi...

Bref, ce film a eu plus de retombées, finalement, après les recherches que j'ai faites pour comprendre certains aspects de ce film qui m'échappaient :)

Verdict :
Un petit film sympathique mais que j'aurai vu avec un oeil tout à fait différent si j'avais su ou compris qu'il s'agissait d'une sorte d'autobiographie ...

Note : 7/10

Bonus : La bande annonce:



Aucun commentaire:

Publier un commentaire