vendredi 14 septembre 2012

"Le goût du bonheur : Gabrielle" Tome 1 de Marie Laberge



Éditions : Boréal, 2006
Date première publication : 2001
616 pages



Pourquoi avoir lu ce livre?

C'est Pimpi qui m'a offert la trilogie (oui 3 livres au lieu d'un !!!!) pour mon anniversaire. Autant te dire, cher toi, que j'ai été over-méga-super-vachement gâtée (merci merci merci !!!!).
Curieuse de lire cette série qui avait tant plu à mon amie, je me suis ruée sur le premier tome quelques jours après les avoir reçu.
Ça tombe bien, je peux maintenant en parler pour "Mon Québec en septembre" de Karine:)






Pour ceux qui, contrairement à moi, aiment lire les quatrièmes de couverture :
Québec, 1930. Gabrielle est mariée avec Edward depuis bientôt dix ans. Entre la maison de l''île d''Orléans et celle de la Grande-Allée, elle mène une vie bien remplie, entourée de ses cinq enfants.De toute évidence, il s''agit d''un mariage heureux. Mais cette chose qui devrait être si simple fait pourtant froncer bien des sourcils dans l''entourage de Gabrielle. Décidément, le bonheur est suspect en cette époque où notre sainte mère l'Église nous dit que nous ne sommes pas sur terre pour être heureux mais pour accomplir notre devoir.L''élégante Gabrielle a bien du mal à se soumettre au code strict de la société bien sage et bien pensante. Et si c''était possible de changer le monde autrement que par la prière ? Dans ce premier volet de la grande trilogie romanesque intitulée «Le Goût du bonheur», Marie Laberge brosse une vaste fresque du Québec de l''avant-guerre. Fidèle à sa manière, elle nous fait partager le destin de personnages si vrais qu''ils semblent bondir de la page. Grâce à une écriture qu''on dirait faite pour traduire les mouvements du cœur les plus subtils ou les plus inavouables, elle éclaire de l''intérieur une époque où, sous la gangue des conventions sociales et de la religion, les passions ne brûlaient pas avec moins de force qu'aujourd'hui.«Le Goût du bonheur» compte également deux romans déjà parus, Adélaïde et Florent. 

Ce que j'en ai pensé :
Une belle saga familiale comme je les aime avec des personnages attachants, des histoires de familles détaillées, crédibles et intéressantes qui laissent imaginer que cette histoire aurait vraiment pu avoir eu lieu à la veille de la seconde guerre mondiale.
Comment ne pas rêver d'une vie de couple comme celle de Gabrielle et Edward Miller ? Comment ne pas s'attendrir devant des enfants comme Adélaïde, Béatrice, Florent,  Guillaume, Fabien et Rose? Comment ne pas aimer cette famille unie où vivent en harmonie et dans le respect chaque être ?   
Comment ne pas tomber amoureuse de Nic?  
Comment ne pas haïr Kitty?  
Comment ne pas s'attacher petit à petit à cette Germaine dont la coquille se fend ?
Comment ne pas être bouleversée par certaines situations tragiques ? 
Comment ne pas avoir envie de savoir ce que vont devenir les plus jeunes (Béatrice deviendra t-elle une peste ? Reine reverra t-elle ses ambitions de mariage?) et les moins jeunes (Quelle sera la place de Nic dans cette famille ? Georgina sera t-elle toujours aussi pénible ? Germaine continuera t-elle à s'ouvrir ?)
Mais surtout, ce que ne m'avait pas dit Pimpi, c'est qu'une fois commencée, on ne peut plus s'arrêter de lire la série (ce qui explique qu'elle m'ait offert les 3 tomes, ne voulant pas me laisser en panique à la fin du premier tome)... 
Comment fermer ce tome sans ouvrir le 2ème pour suivre les aventures de la famille Miller ? (Comme de fait, au final, à la fin de premier tome, il m'a été impossible de ne pas poursuivre immédiatement avec le 2eme tome et alors qu'il était déjà bien tard, que j'étais fatiguée, que j'étais dans mon lit à lire les dernières pages de ce tome avant de m'endormir, je me suis levée, suis descendue dans la bibliothèque chercher le deuxième tome pour continuer encore à lire de belles longues minutes (Pimpi, mon sommeil ne te remercie pas, lui !)).

Verdict :
Cette histoire m'a fait un peu penser aux histoire d'Élisabeth d'Essiambre-Tremblay. 
Par exemple, Adélaïde me fait beaucoup penser à Charlotte de "Les soeurs Deblois" et Florent me fait penser à Antoine dans "Mémoire d'un quartier".
C'est une chouette histoire qui se passe dans une chouette époque et dans une chouette province ! Je te le recommande cher toi !

Note : 8.5/10

Bonus : Elles en parlent aussi : Cath, Karine :)

14 commentaires:

  1. Oh que j'avais aimé cette série lue il y a quelques années ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je te comprends ! C'est génial que ça se soit bien exporté

      Supprimer
  2. Cette saga familiale me tente beaucoup, j'ai réservé le tome 1 à la bibli, j'espère qu'il arrivera à temps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu pourras vite mettre la main dessu

      Supprimer
  3. Pas mon truc, les sagas familiales. Par contre, vu la qualité de celle-ci, ça pourrait faire un beau cadeau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle l'a l'avantage d'être intéressante en terme historique (un tout petit peu), d'être québécoise et d'avoir des personnages vraiment intéressants

      Supprimer
  4. j'ai adoré cette saga surtout les deux premiers tomes :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, j'aime beaucoup les 2 premiers tomes. Moins le 3ème

      Supprimer
  5. C'est moi aussi grâce à Pimpi que j'avais découvert la série :) Il faudrait que je m'achète le tome 2 d'ailleurs! On m'a souvent dit qu'il était mieux encore que le premier.

    RépondreSupprimer
  6. Quand on aime le premier et que deux autres attendent, c'est le bonheur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet ... bon, par contre, comme ça va crescendo, j'avais d'énormes attentes pour le 3ème tome.

      Supprimer
  7. Une série qui me tente pas mal mais j'hésite toujours à entamer les séries à plusieurs tomes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a que 3 tomes mais c'est vrai que chaque tome fait plus de 600 pages :)

      Supprimer