mardi 15 février 2011

"Mémoires d'un quartier- Évangeline" Tome 3 de Louise Tremblay d'Essiambre


Editions : Guy St-Jean, 2008
320 pages

Pourquoi avoir lu ce livre?
J'ai lu le premier et le deuxième tome et je me suis attachée au personnages et à cette histoire familiale du Québec du début des années 60.
Ceci dit, avant de me lancer dans ce 3ème tome, j'ai eu une surprise de taille. Je pensais que la série se terminait au bout de 7 tomes et mon amie et ex-collègue qui me prête cette série m'a annoncé qu'il y avait déjà 2 autres tomes de prévus et qu'elle ne sait pas quand cela se terminerait. Tu le sais peut-être déjà mais je ne suis pas fan des longues séries quand on allonge un peu trop la sauce alors nous allons voir s'il ne va pas arriver le moment où je me tanne.

Pour ceux qui, contrairement à moi, aiment lire les quatrièmes de couverture :
Après les secrets et les tourments de Laura et d'Antoine, c'est Évangéline, leur grand-maman, qui prend place au centre de cette suite attendue de la vie d'une famille attachante.
Évangéline Lacaille a la réputation d'être une femme plutôt distante, froide et intransigeante. A la mort de son mari, il y a plusieurs années, elle a appris à serrer les dents pour traverser la vie, veuve avec deux jeunes enfants. Puis les garçons ont grandi et avec le temps, Évangéline s'est forgé une carapace solide, son caractère devenant exécrable. C'est sa voisine, Anne Deblois, avec son piano et sa musique, qui réussit sans le savoir à percer la cuirasse d'Évangéline jusqu'à atteindre son cour de grand-mère: Antoine semble si malheureux.
Par cette brèche ouverte par la jeune pianiste, Évangéline découvre des sentiments et des secrets depuis longtemps refoulés en elle. Entre les ruminations intérieures de Bernadette qui s'inquiète pour ses enfants, les préoccupations d'Anne Deblois pour le petit Antoine et Cécile Veilleux qui cherche désespérément à revoir Laura, le tempérament bouillant de la vieille dame se transforme en détermination farouche à protéger et rendre heureux les siens. 

Ce que j'en ai pensé:
J'avais hâte de lire ce tome puisque le titre a le prénom d'un de mes personnages préférés dans cette famille. La vieille grand-môman qui sous ses apparences de vieille bonne femme méchante est une femme très sensible. Par contre, j'avais peur que le livre ne parle finalement pas tant que ça d'elle puisque j'avais été un peu déçue que le second tome ne parle pas plus d'Antoine ! Finalement, j'en ai eu pour mon compte. Les passages qui gravitent autour d'Évangéline sont très bons et on commence à en savoir un peu plus sur son passé (celui dont elle ne parle jamais : sa famille et sa guerre avec les Gariépy). 



J'ai aimé sa relation avec Antoine et j'ai aimé ce qu'Évangéline lui a apporté. Même si elles semblent n'être que des personnages secondaires et même si je n'ai pas lu les séries précédentes qui les placent en personnages principaux ("Les soeurs Deblois" et Les années du silence"). Ainsi j'ai aimé voir la relation entre Anne, Charlotte et Émilie. J'ai aimé la rencontre d'Évangéline avec Blanche, la mère de ces soeurs. Et il me tarde de lire la série de "Les soeurs Deblois" pour revenir sur leur passé. 
J'ai aimé aussi le chapitre sur Cécile et son attachement à Laura.

J'aime aussi les débuts de chapitres avec quelques couplets de chansons populaires de l'époque. Certaines me sonnent des cloches car je les ai déjà entendues. D'autres ne me disent rien; souvent je ne connais que l’interprète.


J'aime aussi les couvertures de chacun des tomes qui ont été peintes par l'auteur elle-même. 
J'aime particulièrement cette couverture avec l'image de la grand-moman et de son petit Antoine.

Verdict :
Encore un tome qui se lit en un rien de temps. Pour ma part, la lecture s'est faite en quelques heures un certain samedi après-midi pendant que pitchounette était malade et se "lovait" contre maman.

Note : 8.5/10

Aucun commentaire:

Publier un commentaire