mercredi 10 juillet 2013

BD du mercredi : "Jane, le renard et moi" de Isabelle Arsenault et Fanny Britt

Attention : coup de coeur !





Pourquoi avoir lu ce livre ?
C'est Lucie qui nous en a parlé lors de l'avant-dernière rencontre où l'on proposait de lire un album pour la prochaine rencontre. Elle m'avait donné envie de m'y intéresser et depuis, j'en ai beaucoup entendu parler (notamment parce que ce livre a été nominé pour le prix Bédéis Causa 2013 (qui souligne les meilleures œuvres BD québécoises) et a gagné le prix  Réal-Fillion (meilleur premier album)).






Ce que j'en ai pensé :
Quel magnifique livre ! 
L'histoire (que les dessins servent superbement bien) est touchante et fait sonner des échos de pré-adolescence .

Hélène, cette jeune pré-ado, n'est pas bien dans sa peau et ses (ex-)amies sont cruelles avec elle. Elles la disent grosse et l'humilient en inscrivant des insultes sur les murs de l'école.

Inévitablement, cette histoire me touche car elle rappelle comment les enfants peuvent être cruels entre eux. On parle de plus en plus d'intimidation dans les médias, mais déjà à notre époque, plusieurs jeunes se sentaient mis à l'écart et devenaient la risée des autres. D'ailleurs, qui n'a jamais eu de complexe ou de sentiment de rejet parce qu'il était trop gros, gros maigre, avait trop de boutons, était trop grand ou trop petit, n'avait pas d'aussi joli cheveux que la pin-up de l'école ou n'était pas aussi cool que le séducteur de la cour ?... bref, on se retrouvent tous, un peu, au travers de cette jeune fille.

Si Hélène n'est absolument pas grosse, pour elle, c'est une énorme saucisse et cela parce que ses amies le lui ont dit. Incapable d'affronter le regard et moqueries des autres, elle fuit en se plongeant dans un livre : "Jane Eyre". Hélène cherche à s'identifier à Jane pour qui la vie avait mal commencé mais qui finira bien et espère, ainsi, réussi à avoir une belle vie et retrouver le bonheur.

J'ai aimé cette attitude d'identification de la jeune fille au personnage de roman. 

Je me suis retrouvée dans cette bulle de lecture qu'Hélène essaye de construire pour s'isoler et ne pas confronter les autres (bon, moi, je fais ça aussi mais juste quand je veux ignorer quelqu'un avec qui je ne veux pas parler dans les transports en commun (c'est rare que je le fasse, mais ça arrive)).

Je me suis retrouvée aussi dans cette ambiance des années 80 car Hélène est une fille qui aurait mon âge et son histoire se passe quand elle avait un peu plus qu'une dizaine d'années.

J'ai ressenti l'angoisse d'Hélène qui doit partir dans un camp obligatoire de séjour linguistique anglais avec toutes ces personnes qui ne l'apprécient pas. Elle va se retrouver seule, isolée et triste.

J'ai eu de la peine quand elle a enfin sa belle robe mais dont les autres se moquent parce que la mode est passée. Difficile de suivre les autres et d'être "assimilée".

Les dessins sont très touchants. Ils arrivent à très bien communiquer le malaise de la jeune fille, la méchanceté des autres, l'amour et le dévouement de la mère d'Hélène, la gourmandise coupable d'Hélène, les rues, commerces, établissements scolaires de Montréal.
Le contraste entre les dessins gris et tristes de la vie d'Hélène et les dessins lumineux et colorés de la fictive Jane est parfait. La belle touche orangée du renard et la végétation verte dans la vie grise d'Hélène est très poétique (tout comme cette magnifique rencontre) et feraient de magnifiques tableaux.

J'ai aimé la topographie avec cette pseudo-écriture d'enfant mais surtout ces ratures et signes de gommage intempestif à quelques endroit où l'on peut lire le précédent texte par transparence.

Hélène, on a envie de la prendre dans nos bras et la réconforter, lui assurer que la vie est belle et qu'il faut ignorer ces personnes qui nous font du mal pour ne se concentrer que sur ce qui nous procure du bien.

J'ai adoré la fin optimiste de ce livre. En fait, le tout semble un peu trop précipité mais cela ajoute un charme supplémentaire puisque le rythme enjoué et effréné de la fin contraste à merveille avec la lenteur de la vie triste d'Hélène.

Verdict :
Un magnifique livre, emprunt de poésie, douceur, et mélancolie.
Un livre qui serait intéressant d'offrir aux jeunes filles qui vivent des moments difficiles à l'école à cause du regard des autres ou aux adultes qui y verront peut-être un écho de leur propre jeunesse.

Note : 10/10

Bonus 1 :  J'ai envie de mettre tellement de planches mais il serait bon que tu puisses découvrir le tout toi même, cher toi, en courant te procurer cet album !





Bonus 2 : Le billet aussi enjoué de Topinambulle.

Bonus 3 :  Les autres BDs du mercredi chez Mango




18 commentaires:

  1. Et bien, quel enthousiasme ! Il ne me reste plus qu'à trouver cet album maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est rare que je sois si sensible à un livre dit "jeunesse" mais c'est une belle réussite.
      J'espère que tu pourras le dénicher facilement !

      Supprimer
  2. Merci pour la découverte. Si je passe devant, j'y jetterai un oeil. tu sais s'il a été publié en France?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je l'ai vu sur des sites français.

      Supprimer
  3. J'avoue que si je n'avais pas lu ton avis, je serais passée devant cet album sans m'arrêter. La couverture ne m'inspire pas beaucoup. Mais vu ce que tu en dis, cela aurait été dommage !

    Ahhhh, ces gens qui font noter des titres à d'autres gens rien que pour partager des moments de lecture-plaisir ! C'est scandaleux ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil... je suis passée devant plusieurs fois sans daigner le prendre. Tout le monde en parlait en bien mais la couverture ne m'attirait vraiment pas. D'ailleurs, au début, les dessins m'ont laissée perplexe et puis * pouf *, j'ai été conquise !

      (Faut bien que je me venge un peu avec un peu de tentation, hey ho ;) )

      Supprimer
  4. Clairement, je VEUX cette BD. Depuis la chronique de Bagieu et encore plus avec cet article.

    RépondreSupprimer
  5. Ah oui, c'est tellement ça :) J'adore les planches que tu as choisies.
    Ça donne envie de manger un cornet trempé dans le chocolat :) Merci Kikine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ohh oui, ça donne envie de crème glacée molle au chocolat. Je salive à chaque fois que je vois cette page !

      Supprimer
  6. L'ayant noté et réservé à ma bibliothèque après avoir lu l'avis de Topinambulle, il me tarde encore plus de le lire suite à ton très beau billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ohh j'ai bien hâte d'avoir ton avis sur ce livre !

      Supprimer
  7. C'est sûr qu'après avoir lu ton billet je n'ai plus qu'une envie, c'est de lire cet album à mon tour. Les coups de cœur comme le tien me font toujours plaisir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ohh oui, je t'invite à découvrir cette petite perle !

      Supprimer
  8. Si je le reçoit pas à Noël, je me l'achète! Il a l'air tellement bon :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dommage que cela se dévore trop vite mais c'est vraiment très bon... emprunt de nostalgie, j'ai adoré !
      J'espère que tu apprécieras !

      Supprimer